5 CONSEILS POUR UN CIRCUIT D’HUILE IMPECCABLE

Par le service client de P&WC
22 nov. 2018 | | 3 min DE LECTURE

Notre expert présente cinq pratiques exemplaires d’entretien du circuit d’huile qui vous donneront une idée précise de son état et assureront un fonctionnement optimal de votre moteur.

1. RESPECTEZ LES LIMITES

Le moteur pourrait manquer d’huile en vol si le niveau se trouve sous le seuil minimal. À l’inverse, un niveau d’huile au-dessus de la limite maximale pourrait entraver le bon fonctionnement du séparateur air-huile ou du dégazeur, entraînant une dégradation de l’étanchéité du roulement et une perte d’huile par le tube dégazeur.

De plus, un niveau d’huile trop bas ou trop élevé cause parfois des variations de pression d’huile, une basse pression et des dommages au moteur.

2. SURVEILLEZ LE NIVEAU D’HUILE SUR UNE PÉRIODE D’AU MOINS 10 HEURES

Assurez-vous de faire un suivi constant de votre consommation d’huile. En agissant avec rigueur, vous connaîtrez à l’avance toute irrégularité concernant la consommation. Vous pourrez dès lors agir en amont pour régler le problème.

Pour obtenir des résultats qui reflètent véritablement l’état du circuit d’huile, nous vous recommandons de noter les données sur la consommation d’huile et d’en suivre l’évolution sur une période d’au moins 10 heures de vol accumulées en traçant la courbe des tendances de la consommation. Vous aurez ainsi une meilleure idée du fonctionnement de votre moteur.

Toutefois, vous devrez relativiser vos résultats si vous prenez les mesures de niveau d’huile lorsque l’appareil est stationné sur un sol inégal puisque ces résultats pourraient manquer de précision.

La position de l’appareil peut brouiller les mesures de niveau d’huile. Je pense surtout aux hélicoptères qui se posent sur toutes sortes de surfaces inégales. Mieux vaut ne pas se fier aux mesures prises sur un aéronef qui se trouve en pente.

André Gallant, spécialiste en formation, Bureau de soutien régional

3. SOYEZ RÉGLÉ COMME UNE HORLOGE

Faites toujours l’entretien et la vérification de l’huile au même moment, en suivant les instructions du manuel d’entretien du moteur, soit généralement de 15 à 30 minutes après l’arrêt du ou des moteurs. Cette étape est cruciale pour obtenir des données fiables et précises sur la consommation d’huile.Le fait de dépasser le délai prescrit peut affecter les mesures, puisque l’huile chaude dans un moteur encore chaud a un volume plus important que l’huile froide.

La vérification du niveau d’huile, conformément aux recommandations du manuel, peut aussi contribuer à débusquer des problèmes. Supposons que vous vérifiez le niveau d’huile peu après l’arrêt des moteurs et que, le lendemain matin, vous remarquez qu’il est substantiellement plus bas, il se peut qu’un transfert interne d’huile statique se soit produit durant la nuit.

Si c’est le cas, il ne faut pas tout bonnement remplir le réservoir. En effet, il pourrait y avoir trop d’huile dans le circuit, et celle-ci pourrait se déverser par le dégazeur moteur. Tentez plutôt de découvrir la cause pour résoudre le problème. Avec le moteur PT6A, il se peut qu’une fuite dans le clapet de non-retour soit en cause.

4. MAINTENEZ LE NIVEAU

Vous devriez par ailleurs toujours maintenir le même niveau d’huile dans le circuit. Vous fausserez les données si, d’une fois à l’autre, vous remplissez le réservoir d’huile au niveau maximum, puis au minimum. Quelle que soit la configuration du niveau d’indicateur de l’huile, nous vous recommandons de viser un niveau entre les seuils minimum et maximum.

Si votre niveau d’huile est toujours au maximum, votre consommation augmentera peut-être, puisqu’une partie tend à s’évacuer par le dégazeur moteur. En fait, cette situation peut survenir même si vous êtes une ou deux pintes sous le maximum. Mieux vaut donc s’ajuster en conséquence et faire l’entretien du circuit d’huile au niveau recommandé. 

André Gallant, spécialiste en formation, Bureau de soutien régional

5. CHOISISSEZ LE BON INSTRUMENT ET LA BONNE HUILE

Au remplissage du réservoir d’huile du moteur, assurez-vous d’utiliser le bon outil, comme un entonnoir ou un chariot à liquide muni d’un tuyau. Si vous utilisez le mauvais instrument, cela pourrait causer un déversement ou une fuite et fausser les données sur la consommation d’huile.

Il est également recommandé de ne pas mélanger les marques ou les types d’huile et de toujours suivre les recommandations du manuel d’entretien du moteur ainsi que le bulletin de service d’huile. Lorsque c’est permis, le fait de passer à un autre type d’huile peut demander plus d’entretien (analyse de l’huile, vérification du filtre, présence de dépôts de carbone), car les divers types d’huile ont des propriétés différentes. Dans certains cas, par exemple lorsqu’un moteur a accumulé beaucoup d’heures de vol, il est même interdit de changer de type d’huile.

 L’idéal, c’est de s’en tenir à une seule marque et à un seul type d’huile. Si jamais vous devez en changer, consultez d’abord le manuel d’entretien du moteur et le bulletin de service d’huile pour savoir si c’est possible et pour connaître les types et marques recommandés.

André Gallant, spécialiste en formation, Bureau de soutien régional

En suivant ces bons conseils et les procédures régulières du manuel, vous arriverez à maintenir la pression d’huile du moteur au niveau approprié durant l’entretien.

Grâce à la nouvelle technologie d’analyse d’huile de P&WC (100 fois plus sensible que d’autres technologies similaires sur le marché), vous aurez un nouvel éclairage sur l’état de vos roulements, engrenages, joints de carbone et autres pièces du moteur. Par l’analyse des données à partir d’échantillons périodiques d’huile, la technologie assure le suivi de l’état du moteur sans dépose et contribue à la maintenance préventive et prédictive sans qu’il y ait vérification intrusive. Pour de plus amples renseignements, consultez l’article « L’analyse d’huile facilite la maintenance proactive ».

Array