VÉRIFICATIONS AU SOL DES PERFORMANCES DU MOTEUR PT6A

Par le service client de P&WC
4 déc. 2017 | | 3 min DE LECTURE

Yves Houde, directeur, Service client, PT6A, explique en quoi la vérification au sol des performances du moteur est utile aux appareils propulsés par le moteur PT6A.

UNE SOLUTION SIMPLE POUR SUIVRE LES PERFORMANCES DU MOTEUR

Les exploitants du moteur PT6A ont intérêt à parfois effectuer la vérification au sol des performances du moteur (GPC pour Ground Performance Check) afin de mieux en analyser les multiples paramètres en temps réel. Ils peuvent la réaliser eux-mêmes et inscrire les résultats dans un tableau GPC, habituellement inséré dans le manuel d’entretien de l’appareil.

Les courbes de performance dans ce tableau représentent les différents paramètres du moteur en fonction de diverses pressions et températures ambiantes. À noter qu’elles ne correspondent toutefois pas aux limites des paramètres et que, par conséquent, elles ne servent pas à approuver ou à disqualifier un moteur en service.

« Même si ce n’est pas exigé dans nos manuels d’entretien des moteurs, nous recommandons aux clients du moteur PT6A d’effectuer une GPC régulièrement pour obtenir le portrait fidèle en temps réel du fonctionnement du moteur », indique Yves.

 Grâce à la vérification au sol du fonctionnement du moteur (GPC), les clients obtiennent de l’information sur le moteur qui entraîne certaines activités de maintenance, ce qui permet d’éviter des incidents associés au fonctionnement. 

Yves Houde, directeur, Service client, PT6A, P&WC

QUOI REGARDER LORS DE LA VÉRIFICATION AU SOL DES PERFORMANCES DU MOTEUR

« Durant la GPC, lorsque le moteur fonctionne et que le couple a été réglé en fonction de la température extérieure et de la pression barométrique, il faut principalement enregistrer et analyser trois valeurs de fonctionnement, soit la température interturbines (ITT), la vitesse de rotation compresseur (NG) et le débit carburant », explique Yves.

Si ces valeurs se rapprochent des seuils recommandés ou si elles diffèrent de celles de la dernière GPC, mieux vaut assurer un suivi. Par exemple, on peut reprendre la GPC, effectuer une vérification endoscopique ou une vérification de la partie chaude. Ces trois opérations de maintenance s’effectuent d’ailleurs sans dépose grâce à la conception modulaire du moteur PT6A et à sa facilité d’accès.

La plupart du temps, le manuel d’entretien de l’appareil indique divers renseignements utiles ainsi que les seuils recommandés pour les trois valeurs de fonctionnement – ces seuils peuvent varier selon le modèle de moteur PT6A ou selon l’avionneur. Cela dit, pour que vous trouviez rapidement des réponses à vos questions, Yves Houde propose que vous communiquiez avec un représentant sur place de P&WC ou avec un expert du Centre Priorité clients.

Thrush 710P aircraft on the ground.

Un appareil Thrush 710P équipé d’un moteur PT6A.

QUAND VOUS EFFECTUEZ RÉGULIÈREMENT DES VÉRIFICATIONS AU SOL DES PERFORMANCES, VOUS AUGMENTEZ LA VALEUR DE VOTRE MOTEUR

Yves incite aussi les clients à tenir des registres précis des GPC afin de dresser un portrait progressif du fonctionnement du moteur.

Les clients qui veulent échanger leur appareil auront plus de facilité, croyons-nous, s’ils tiennent une documentation continue sur les GPC. Ils auront des points de référence clairs sur le fonctionnement de leur moteur depuis sa mise en service ou sa dernière révision.

Yves Houde, directeur, Service client, PT6A, P&WC

Il n’y a pas d’intervalle précis pour la GPC. Cependant, Yves recommande de la faire en même temps que le nettoyage régulier des injecteurs de carburant, soit toutes les 300 ou 400 heures.

Array

 

Pour toute question ou tout renseignement, communiquez avec notre Centre Priorité clients ou votre représentant sur place.

Besoin de conseils supplémentaires sur l’entretien moteur? Consultez Airtime.

Besoin d’un conseil personnalisé pour votre moteur ?
Communiquez avec un représentant des ventes.

Trouvez votre représentant