PROGRAMME D’ENTRETIEN : UN PRÉALABLE POUR LES EXPLOITANTS D'AÉRONEFS USAGÉS

Par le service client de P&WC
15 mars. 2019 | | 4 min DE LECTURE

Les programmes de moteur payables à l’heure aident à minimiser les coûts d’entretien, à accroître la disponibilité technique des appareils et à en optimiser la valeur de revente. Notre expert explique qu'ils font partie des exigences des acheteurs d’appareils usagés.

LES CHEFS DE FILE DE L’INDUSTRIE NE FONT PAS EXCEPTION

Il y a 10 ans, Delray Dobbins, directeur principal, Ventes, programme ESP, P&WC, s’est mis à recenser les entreprises du palmarès Fortune 100 dotées d’un programme d’entretien pour les moteurs de leurs jets d’affaires. En 2009, seule une entreprise parmi les cinq premières du classement disposait d’un programme de moteur dans le cadre de son service aérien. En 2014, ce chiffre était de quatre sur cinq, témoignant d’un tournant majeur au sein du marché qui se poursuit aujourd’hui.

En adoptant des programmes d’entretien de moteur, les principales entreprises de la planète montrent l’exemple à leurs homologues de taille plus modeste. Ces programmes font l’objet d’une demande sans précédent de la part des acheteurs d’appareils.

Delray Dobbins, directeur principal, Ventes, programme ESP

En effet, les programmes d’entretien comme Eagle (ESPMC) de P&WC s’avèrent désormais incontournables pour les propriétaires d’appareil soucieux de la valeur de revente et du temps sur le marché de leurs biens. Les jets d’affaires de grande taille dépourvus d’un programme de moteur peuvent demeurer sur le marché pendant des années. Les plus grandes entreprises, dont les appareils sont pourtant bien conservés, éprouvent elles-mêmes des difficultés à vendre un appareil non couvert.

« Ces dernières années, les courtiers ont traité une multitude de données et d’indicateurs attestant du fait que les appareils munis d’un programme de moteur se vendent plus rapidement que les autres », remarque Delray. Cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne les avions à voilure fixe de moyenne et de petite taille, dont la révision se révèle beaucoup plus coûteuse que celle de petits avions utilitaires.

LES PROGRAMMES D’ENTRETIEN MINIMISENT LES RISQUES POUR LES ACHETEURS

Plusieurs programmes de moteur existent depuis une vingtaine d’années maintenant. Pourquoi, alors, cet intérêt accru au cours de la dernière décennie?

Selon Delray, ce changement est dû aux acheteurs d’appareils usagés, qui sont nombreux à considérer le programme de moteur comme un incontournable. Avant d’intégrer P&WC, Delray a travaillé pour un courtier au Texas. Lorsque des clients consultaient une liste d’appareils usagés, ils souhaitaient avant tout savoir lesquels étaient inscrits à un programme d’entretien de moteur. Les appareils dépourvus de couverture se voyaient écartés de la présélection des acheteurs.

Par le passé, lorsque je proposais aux sociétés d’énergie et aux pétrolières du Texas un programme d’entretien, elles me répondaient : “Nous sommes conscientes des avantages du programme, mais nous préférons investir l’argent en forages.” Elles ont conservé cette position durant 40 ans. Mais depuis 5 à 8 ans, la plupart de ces entreprises, constatant la valeur des programmes de moteur, souscrivent à ceux du fabricant d’origine. 

Delray Dobbins, directeur principal, Ventes, programme ESP
Array

Delray Dobbins - Directeur principal, Ventes, programme ESP

L’augmentation continue des intervalles entre les visites en atelier, qui sont passés de 2 000 ou 3 000 heures dans les années 1980 pour atteindre jusqu’à 10 000 heures aujourd’hui, représente un important facteur à l’origine de cette mutation du marché.

Ainsi, un appareil peut facilement changer de propriétaire une demi-douzaine de fois, et non plus seulement une ou deux fois, avant sa première révision. Lors de chaque vente, l’acheteur exigera un programme de moteur.

L’acheteur d’un appareil usagé craint avant tout les dépenses imprévues reliées au moteur. En cas de coûts inattendus, il ne souhaite pas payer seul pour ces imprévus. Sans programme de moteur, le coût d’une révision peut être supérieur à la valeur de l’appareil. La seule façon d’atténuer ce risque est de profiter d’un programme d’entretien qui prend en charge les heures de vol d’un moteur. 

Delray Dobbins, directeur principal, Ventes, programme ESP

LE PROGRAMME ESP OFFRE DE LA FLEXIBILITÉ ET DES INCITATIFS

En un mot, le programme ESP de P&WC facilite la prévision et la gestion des dépenses d’entretien en couvrant notamment le coût des révisions, des vérifications ainsi que des réparations non planifiées du moteur et des accessoires, le tout payable à l’heure. Différents types de couverture sont offerts en fonction des besoins et du budget de chaque exploitant. Les programmes peuvent être transférés au nouveau propriétaire lors de la vente d’un appareil et ne sont soumis à aucune exigence annuelle minimale en ce qui a trait aux heures de vol. En mettant fin à cette exigence en 2012, P&WC a permis à de nombreux exploitants à faible utilisation de souscrire au programme et de payer uniquement pour leurs heures de vol.

Un nombre croissant de clients de P&WC reconnaissent la valeur de ces programmes, témoignant ainsi d’une tendance générale au sein du marché. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Plus de 10 000 moteurs P&WC sont désormais inscrits à un programme payable à l’heure. En 2018, les nouvelles inscriptions au programme ESP ont atteint un record de 350, sans compter les 370 transferts attribuables au dynamisme du marché des appareils usagés.

En outre, même si d’autres programmes sur le marché n’ont fait l’objet d’aucune amélioration majeure ces 20 dernières années, P&WC n’a cessé de mettre en place des mesures incitatives et d’améliorer sa couverture et ses options de financement. Elle a ainsi cherché à répondre aux besoins de différents contextes d’exploitation et missions et à aider ses clients à inscrire des moteurs en service à un programme.

L’option d’inscription FLEX du programme d’entretien ESP en constitue un exemple. Même si un programme de moteur présente d’indéniables avantages à long terme, les coûts initiaux peuvent dissuader certains exploitants. FLEX y remédie en proposant des options de financement qui dispensent l’exploitant de payer un important montant forfaitaire au moment de l’inscription, en reportant une partie des coûts. Il s’agit d’une bonne façon de profiter d’une couverture intégrale sur-le-champ en reportant une importante dépense de capital, dans certains cas pendant plus de 10 ans.

À notre connaissance, aucun autre fabricant n’offre la possibilité d’échelonner le coût initial d’un programme de moteur tout en fournissant une couverture complète dès l’inscription. Le programme FLEX a été applaudi par les acheteurs d’appareils comptant un nombre d’heures de vol moyen à élevé. Le coût initial ne représentait plus un obstacle à l’inscription de leurs moteurs.

Delray Dobbins, directeur principal, Ventes, programme ESP

Le programme de couverture ESPMC pour votre PT6, quant à lui, contribue au succès des programmes d’entretien dans la famille des turbopropulseurs. Au sein de ce marché, où les coûts de révision varient moins que pour de plus gros appareils, les exploitants sont plus réticents à s’inscrire à des programmes de moteur. Le programme de couverture ESPMC en tient compte et leur propose 400 heures ou deux ans de couverture gratuite.

Compte tenu de l’augmentation des coûts de révision et du dynamisme du marché des appareils usagés, Delray ne s’attend pas à voir la tendance s’inverser à court terme. « Même en cas de volte-face dans le marché des appareils usagés, la demande pour des programmes de moteur continuera à augmenter dans tous les segments. La plupart des acheteurs refusent d’envisager l’achat d’un appareil qui en est dépourvu », conclut-il.

Consultez notre article afin de choisir le bon programme de maintenance pour votre appareil.